Les femmes vivent l’œcuménisme

Dans le cadre de la Journée mondiale de prière, on ne parle pas seulement d’œcuménisme, on le vit dans le vrai sens du terme. Sur le plan national, le contact est recherché avec toutes les dénominations chrétiennes prêtes à travailler ensemble de manière œcuménique.

Sur le plan international, les mêmes principes sont valables. Dans de nombreux pays, c’est pour rédiger la liturgie de la Journée mondiale de prière que des femmes de différentes Eglises chrétiennes travaillent ensemble pour la première fois. Dans d’autres pays, dans lesquels l’œcuménisme entre femmes jouit déjà d’une longue tradition, les femmes de la Journée mondiale de prière ont contribué grandement, à travers les générations, à la solidité du mouvement de la base actuelle.

Prayer Partner

Prayer Partner (Partenaire de prière)
Lors de la Conférence internationale qui se déroule tous les quatre ans, chaque pays se voit attribuer un pays partenaire de prière.

Inde
En avril 1999 au Cap en Afrique du Sud c’est l’Inde qui a été attribuée à la Suisse comme partenaire de prière. Depuis lors, le comité suisse de la Journée mondiale de prière allume au début de chaque séance une bougie pour être en pensées avec le comité et le mouvement de la Journée mondiale de prière en Inde. Le chant indien “Yella kaladollu” est également chanté.

Partenariat Est-Ouest
En 1997, la Conférence européenne eut lieu pour la première fois en Suisse. Tous les pays européens y furent représentés ainsi que les pays de l’Europe centrale et de l’Est issus de la nouvelle politique de réunification. Chaque pays de l’Europe de l’Ouest s’est vu attribué un pays de l’Est.

Serbie
Depuis lors, la Suisse entretient des liens particuliers avec les femmes de Yougoslavie, aujourd’hui la Serbie. Le comité suisse envoie chaque année du matériel de la Journée mondiale de prière en Serbie et invite une déléguée de ce pays à la rencontre suisse.

Arménie
Lors de la rencontre européenne en juillet 2001 à Prague, des partenaires supplémentaires furent attribués. C’est pourquoi le comité suisse entretient des contacts particuliers avec des femmes d’Arménie.

Déclaration de Zambie

(Déclaration du Comité international)

S’informer pour prier – Prier pour agir

En 1978, le Comité international de la JMP s’est réuni à Lusaka en Zambie. Pour la première fois, il publia un document expliquant les buts de la Journée mondiale de prière. C’est à cette occasion que fut formulé clairement le concept de “prier, s’informer et agir”.

La Journée mondiale de prière est un mouvement universel...
Par la Journée mondiale de prière les femmes ...
La Journée mondiale de prière permet aux femmes ...
La Journée mondiale de prière est un mouvement universel...
  • de femmes chrétiennes de toutes traditions qui, chaque année, s’unissent pour observer une journée commune de prière et de solidarité
  • lancé par des femmes et porté par elles dans plus de 170 pays et régions
  • qui se concrétise dans une célébration annuelle, le premier vendredi de mars, à laquelle, tous, femmes et hommes de tous âges, sont invités à participer
  • qui rassemble dans la fraternité, la compréhension mutuelle et l’action, dans un œcuménisme vécu à la base, des femmes de races, cultures et traditions différentes
Par la Journée mondiale de prière les femmes ...
  • partout dans le monde, confessent leur foi en Jésus-Christ
  • affirment que la prière et l’action ont un rôle essentiel à jouer dans le monde et ne peuvent être dissociées
La Journée mondiale de prière permet aux femmes ...
  • de sortir de leur isolement et de découvrir le monde
  • de s’enrichir au contact de la foi d’autres chrétiens et chrétiennes, de la culture d’autres régions
  • de partager le poids des fardeaux dans la prière et l’action
  • de prendre conscience de leurs propres charismes et de les mettre au service de la société

Par la Journée mondiale de prière, les femmes affirment que la prière et l’action ont un rôle essentiel à jouer dans le monde et ne peuvent être dissociées.

Histoire de la Journée mondiale de prière

1887 Aux Etats-Unis, Mary Ellen James de l'Eglise presbytérienne lance un appel pour une journée de prière pour la mission intérieure. Lucy Peabody et Helen Montgomery de l'Eglise baptiste lancent également un appel pour une journée de prière trois ans plus tard, cette fois pour la mission extérieure.
1950 La Fédération suisse des femmes protestantes (FSFP) invite officiellement pour la première fois à la célébration de la Journée mondiale de prière. La JMP est déjà célébrée dans 92 pays.
1978 Le comité international de la JMP réuni en Zambie publie pour la première fois un document appelé Déclaration de Zambie. C'est à cette occasion que fut formulé le concept de ``prier, s'informer et agir``.
1997 Pour la première fois, la Suisse organise la conférence de la JMP – Région Europe à Schwarzenberg/LU.
2008 Heidi Wettstein, première femme catholique chrétienne, est élue en tant que co-présidente au comité de la Journée mondiale de prière.
1887 Aux Etats-Unis, Mary Ellen James de l'Eglise presbytérienne lance un appel pour une journée de prière pour la mission intérieure. Lucy Peabody et Helen Montgomery de l'Eglise baptiste lancent également un appel pour une journée de prière trois ans plus tard, cette fois pour la mission extérieure.

1920 Les deux journées fusionnent.

1926 Le mouvement prend le nom de “Journée mondiale de prière”. Les Conférences missionnaires et les associations féminines sont invitées à se joindre aux femmes nord-américaines en célébrant la Journée mondiale de prière et à faire connaître ce mouvement sur tous les continents, sur toutes les îles sans distinctions confessionnelles.

1927 Le 4 mars 1927 la Journée mondiale de prière est célébrée pour la première fois.

1929 La Journée mondiale de prière est déjà célébrée dans 30 pays, parmi lesquels neuf pays européens : Allemagne, Autriche, Suisse, Pays-Bas, Pologne, Hongrie, France, Angleterre et Ecosse. Les documents ne nous indiquent pas quelles paroisses suisses y participaient.

1932 La Journée mondiale de prière est déjà célébrée dans 46 pays.

1936 La Journée mondiale de prière est propagée en Suisse par des femmes de l’Eglise méthodiste. Une lettre circulaire encourage les femmes à “penser à cette journée mondiale de prière et à la célébrer”. Les femmes accèdent à cette requête et deviennent porteuses du mouvement JMP en Suisse.

1942 Des liturgies sont envoyées depuis les Etats-Unis dans 51 pays différents.

1944 150 femmes et hommes se trouvant momentanément à New York, certains venant de pays en guerre les uns contre les autres, écrivent ensemble une liturgie bouleversante.

1945 La fin de la deuxième guerre mondiale amène beaucoup de femmes à se joindre au mouvement JMP dans un désir de paix et de réconciliation.

1950 La Fédération suisse des femmes protestantes (FSFP) invite officiellement pour la première fois à la célébration de la Journée mondiale de prière. La JMP est déjà célébrée dans 92 pays.

1956  Pour la première fois, la liturgie est adaptée en français et en allemand afin de pouvoir être utilisée en parallèle dans des célébrations bilingues. Une liturgie coûte 40 centimes.

1958 Des femmes de l’Eglise catholique chrétienne participent pour la première fois à la préparation d’une liturgie.

1961  La Journée mondiale de prière fête ses 75 ans d’existence.

1966  Le chant “Ce jour finit …” est chanté pour la première fois.

1968  Les femmes catholiques romaines participent officiellement à la Journée mondiale de prière en Suisse. Fondation du Comité international de la Journée mondiale de prière en Suède. A partir de ce moment ce sont les comités nationaux de la JMP qui fixent les lignes directrices du travail et choisissent les thèmes et les pays d’origines des futures liturgies.

1969 La Journée mondiale de prière est officiellement fixée au premier vendredi de mars.

1970  Première conférence internationale de la Journée mondiale de prière en Thaïlande. Pour la première fois une image orne la page de couverture de la liturgie en Suisse.

1971  En Suisse le mouvement prend le nom de “Journée mondiale de prière” et non plus “Journée mondiale de prière des femmes”.

1977  Première conférence européenne de la Journée mondiale de prière à Vienne.

1978 Le comité international de la JMP réuni en Zambie publie pour la première fois un document appelé Déclaration de Zambie. C'est à cette occasion que fut formulé le concept de ``prier, s'informer et agir``.

1982 Conférence internationale de la Journée mondiale de prière en Allemagne. Le symbole JMP proposé par des femmes irlandaises est accepté comme symbole international.

1986 Conférence internationale de la Journée mondiale de prière à New York. La liturgie en italien est imprimée pour la première fois comme celle en français et en allemand.

1987  Centenaire de la Journée mondiale de prière. Le comité exécutif de la JMP internationale écrit la liturgie. On célèbre la Journée mondiale de prière dans 150 pays.

1989  Marty Voser est élue présidente. Elle est la première femme catholique à la tête du comité suisse de la JMP.

1992  La Suisse, l’Allemagne et l’Autriche écrivent ensemble la liturgie sur le thème “Vivre en harmonie et sagesse avec la création”.

1995  Conférence internationale en Australie. L’assemblée des déléguées élit Marty Voser comme déléguée européenne (1995-1999) au comité exécutif. Ce comité l’élit comme sa représentante au sein du groupe de cinq personnes, Advisory Group, qui siège une fois par an à New York.

1996  60 ans de célébration de la Journée mondiale de prière en Suisse.

1997 Pour la première fois, la Suisse organise la conférence de la JMP – Région Europe à Schwarzenberg/LU.

1999  Conférence internationale de la Journée mondiale de prière au Cap en Afrique du Sud. Fondation d’une commission œcuménique « Collecte de la Journée mondiale de prière » (réglementation pour la Suisse).

2001  Conférence européenne de la Journée mondiale de prière à Prague.

2002  Avec celle de la Roumanie, c’est la première fois qu’une liturgie de la Journée mondiale de prière vient d’un pays orthodoxe.

2003  Conférence internationale de la Journée mondiale de prière à Swanwick/GB. La JMP est célébrée dans plus de 170 pays.

2005  Conférence européenne de la Journée mondiale de prière à Strasbourg en France.

2007  Remise du prix Marga Bührig au Comité suisse de la Journée mondiale de prière qui s’engage depuis des décennies dans un œcuménisme vivant pour la paix, la justice et la sauvegarde de la création du point de vue des femmes. Conférence internationale de la Journée mondiale de prière à Toronto au Canada. Adoption des “Principes directeurs internationaux”.

2008 Heidi Wettstein, première femme catholique chrétienne, est élue en tant que co-présidente au comité de la Journée mondiale de prière.

2009  Conférence européenne de la Journée mondiale de prière à Hoddeston, Hertfordshire en Grande Bretagne.

2011  75ème anniversaire de la Journée mondiale de prière Suisse.

2012  Conférence internationale de la Journée mondiale de prière à New York.

2014  Conférence européenne de la Journée mondiale de prière à Salzbourg.

2017 Fondation de l’association Journée mondiale de prière Suisse le 24.01.2017.

2018  Conférence de la Journée mondiale de prière au Brésil.

2019  Conférence européenne de la Journée mondiale de prière à Lunteren / Hollande

Menu